A la recherche des voies et moyens pour trouver des pistes de solutions pour contrer la vente des médicaments dans les marchés de Conakry

Le Ministre d’Etat,  Ministre de la Santé Dr Édouard Niankoye Lama à la recherche des voies et moyens pour trouver des pistes de solutions pour contrer la vente des médicaments dans les marchés de Conakry. 

Après la diffusion des communiqués dans les différentes radios de la place interdisant la vente illicite des médicaments, le Ministre d’Etat, Ministre de la Santé Dr Édouard Niankoye Lama a une séance de concertation le mardi 30 Avril avec les administrateurs des différents marchés de Conakry. Il était entouré de ses proches collaborateurs, notamment le chef de Cabinet du Ministère Mr Yagouba Barry, Le Conseiller principal du Ministère Dr Mohamed Lamine yansané,le conseiller en charge de la politique sanitaire Dr Mamadi Kourouma, le Conseiller de la coopération technique Dr Kabiné Souaré, et le Directeur du BSD Dr Abdoulaye Kaba . On y notait également la présence du Directeur des pharmacies Laboratoires et des Médicaments professeur Falaye Traoré et son adjoint Dr Gomou, le Directeur de la Pharmacie Centrale de Guinée, Dr Moussa Konaté, le représentant de la Commission Santé de l’Assemblée Nationale,  les membres de l’ordre National des pharmaciens,  les représentants du syndicat des pharmaciens et les membres de la Commission  Nationale et ceux de la brigade de répression chargé de la lutte contre la contrefaçon y compris les administrateurs des différents marchés de Conakry. 

L’objectif de la réunion, était d’amener les administrateurs des marchés ou leurs représentants à échanger sur les enjeux liés à la vente des médicaments dans les marchés, 
 solliciter leur implication pour trouver les pistes de solution permettant de parvenir à  des issues conduisant  à l’abandon de la vente des produits pharmaceutiques dans les marchés de la Capitale. 
Sans langue de bois, les échanges ont permis de percer l’abcès et de s’attaquer à la racine du mal qui gangrène la pratique. 
 Pour éradiquer le phénomène, la sensibilisation a été retenue comme pièce maîtresse pour informer sur les risques liés à la  vente des médicaments parallèle sur la santé des populations   , mais aussi l’illégalité d’exercer la pratique par des non professionnels , et ceux quine disposent pas d’agréments. Au delà de la sensibilisation en cours,le chef du Département a informé de la création de la brigade de répression MEDICRIME qui va dans un proche avenir prendre le relais pour réguler  la situation, au niveau de ceux qui ne  respecteraient pas le principe.
Autre proposition ayant polarisé l’attention a été le tarissement des
 portes d’entrée des médicaments, et la  promotion de la politique des prix du médicament dans les officines.
Au dires des administrateurs des marchés, les sensibilisations sont en cours, le Ministre de la Santé projette une seconde rencontre avec eux avant toute autre intervention sur le terrain.  

 
Hadja Fanta Sow PF Communication Ministère de la Santé