LE MINISTERE DE LA SANTE LANCE LE PROCESSUS D’ELABORATION DU PLAN D’ACTION NATIONAL DE PLANIFICATION FAMILIALE 2019 – 2023.

Le Ministère de la Santé, à travers la Direction Nationale de la Santé familiale et de Nutrition  (DNSFN) lance le processus d’élaboration du Plan d’action  National budgétisé de PF  2019 – 2023.

La cérémonie de lancement s’est déroulée ce 6 juillet dans un réceptif hôtelier de la place sous les auspices du Ministre d’Etat, Ministre de la Santé, Dr Edouard Niankoye Lama. Il était entouré de son homologue de l’économie et des finances, des représentants des Ministères de l’Action Sociale de la Promotion féminine  et de l’ Enfance , de la Jeunesse et de l’emploi jeunes, de l’Enseignement Pré Universitaire, et des représentants des partenaires techniques et financiers (USAID,UNFPA, BM , KFW , GIZ). La cérémonie a enregistré aussi la présence des représentants de la Société civile, de la commission Santé de l’Assemblée Nationale,  de l’Association des jeunes Ambassadeurs, des Leaders religieux, des cadres des différentes directions du Ministère de la Santé et des représentants du réseau des journalistes du Partenariat de Ouagadougou.
L’objectif de la rencontre était consacré à la révision du plan de 1ère génération avec toutes les parties prenantes, en se focalisant sur les différents défis  identifiés.
Les travaux ont été axés sur l’état des lieux de la PF en guinée, la présentation du processus d’élaboration du plan d’action national budgétisé de PF 2019- 2023 et les différents organes chargés de la conduite et de la coordination.

Dans  son intervention, la Directrice de la Santé familiale et de Nutrition a fait savoir l’importance de l’élaboration du plan d’action PF, en précisant qu’il  doit servir de cadre de référence  dans lequel seront contenues  les différentes stratégies et actions qui devront permettre d’améliorer la prévalence contraceptive qui est de 8% contre 22% prévue lors du 1er plan de Génération.
Dr Fatima Djénè Kaba, vu l’état actuel de la PF en Guinée, est montée au créneau pour louer les efforts consentis par le gouvernement dans la promotion et l’amélioration de la Santé maternelle, Infantile et Juvénile. En dépit de ces efforts, elle a fait un plaidoyer auprès du Gouvernement afin que ce dernier puisse honorer ses engagements concernant le paiement des 50% des prix des contraceptifs conformément au partenariat de Ouagadougou.

Le Ministre d’Etat, Ministre de la Santé s’est réjoui  de la tenue de la présente assise dont le sujet constitue une préoccupation pour le Gouvernement en raison des défis rencontrés dans l’utilisation de la PF en Guinée.
Dr Lama Edouard Niankoye a salué et  passé en revue les progrès enregistrés dans le domaine de la réduction de la mortalité maternelle dont le ratio a baissé  selon l’EDS 2012 de 724 à 550 décès pour 100 mille Naissances Vivantes.
Quant à la mortalité Infanto-juvénile, elle est passée de 122 à 88 pour 1000.La mortalité infantile de 67 à 44 pour 1000, la mortalité néonatale de 35 à 20 pour 1000 et la prévalence  contraceptive de 6 à 8,7% entre 2012 – 2016 a fait remarquer le chef du département de la Santé.

Malgré ces acquis, il a reconnu que des efforts restent encore à consentir pour  faciliter  l’atteinte de la capture du dividende démographique, socle de la PF. Dans cette optique, Dr Lama Edouard au nom du président de la République Professeur Alpha Condé et du premier Ministre Ibrahima Kassory Fofana, a réaffirmé l’engagement du Gouvernement à poursuivre les efforts pour la mise en œuvre des recommandations qui seront issues de l’atelier. Il a saisi l’occasion pour remercier les partenaires techniques et financiers, notamment l’USAID, l’UNFPA, l’OMS, l’UNICEF, les  donateurs et  les Départements sectoriels pour leur appui dans l’atteinte des 188.000 femmes additionnelles d’ici à 2020. Il a aussi remercié  et félicité le Président de la République et le gouvernement pour les actions entreprises en faveur de l’amélioration de la Santé des populations en général, des mères et  des enfants en particulier.

Cellule Communication stratégique
Ministère de la Santé