PRÉSENTATION DU RAPPORT FINAL DE L’ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D’UN SYSTÈME CENTRALISÉ DE GESTION DES DÉCHETS BIOMÉDICAUX EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

C’est en présence des représentants du système des Nations Unies, de la Société Civile et des Partenaires au développement que le Ministre de la Santé le Dr Abdourahmane DIALLO a présidé ce Vendredi 17 Février 2017 en compagnie de Mme Séraphine WAKANA coordinatrice résidente du Système des Nations Unies en Guinée, laréunion de restitution de l’étude de faisabilité concernant l’installation d’une unité centrale de traitement des déchets biomédicaux à Conakry

Selon les dernières estimations, la production des déchets biomédicaux en guinée est de l’ordre de 700 tonnes par an. La mauvaise application de la stratégie de gestion des déchets biomédicaux et l’accumulation incontrôlée de ces déchets dans les hôpitaux et les centres médico sociaux des communes de la ville de Conakry et des préfectures de l’intérieur constituent un véritable problème de Santé Publique.
C’est pour relever ce défi de taille et pour répondre au manque criard de structure spécialisée dans le domaine qu’une étude de faisabilité a été réalisée par le PNUD et la Coopération japonaise pour la mise en œuvre d’un système centralisé de gestion des déchets biomédicaux en Guinée.
Le Ministre a, au cours de cet évènement, confirmé l’engagement du gouvernement à accompagner la mise en œuvre des recommandations ,qui résulteront de cette étude pour la mise en place d’une structure centralisée de traitement des déchets bio médicaux qui respecte l’environnement dans la zone de Conakry. Il a insisté sur le besoin d’équiper la filière et d’accentuer la communication pour le changement de comportement et a invité les structures sanitaires locales à s’approprier de cette initiative et à la pérenniser.
Enfin le Dr Abdourahmane DIALLO a remercié le PNUD la coopération japonaise et l’ensemble des autres partenaires et acteurs nationaux et internationaux , pour leur engagement et soutien à l’amélioration de la santé de nos populations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *