RAPPORT SYNTHESE DE LA REUNION DE HAUT NIVEAU SUR L’ETME ET ACCES UNIVERSEL AU DEPISTAGE ET AU TRAITEMENT DU VIH CHEZ LES ENFANTS DE L’AFRIQUE DE L’OUEST ET CENTRALE

Cette réunion de haut niveau était Placée sous le thème Renouveler les engagements contenus dans 《l’appel à l’action de Dakar 2015》et accélérer la cadence vers les cibles à l’horizon 2020 en Afrique de l’ouest et Centrale.  La délégation guinéenne était conduite par la Directrice  Nationale Adjointe  de la Direction de la Santé familiale et de nutrition Dr Madina RACHID .Elle était accompagnée du coordinateur du Programme National de lutte contre le VIH et  les hépatites et de deux de ses cadres, d’un représentant de l’ONG Dream, d’un représentant de l’ONG SOLTHIS et deux représentants de L’OMS.  La réunion  a regroupé  des décideurs  gouvernementaux  de haut Niveau notamment des Ministres de la Santé, les premières Dames du Sénégal et du Burkina Faso, des Directeurs d’Agences des Nations Unies, des Partenaires techniques et financiers, des acteurs Communautaires,  d’ ONG, de la Société Civile  et des personnes vivant avec le VIH.  Durant  2 jours, 320 participants venus de 26 pays de l’Afrique de l’ouest et du centre   ont examiné  les progrès réalisés par les pays  de la région AOC en terme de l’élimination  de la transmission Mère et Enfant, de l’accès universel  au dépistage, au traitement et aux soins du VIH  chez les enfants. Ils ont sur la même lancée partagé leurs expériences  sur les meilleures pratiques à promouvoir  et procéder au renouvellement de l’engagement de haut niveau  envers les cibles afin d’accélérer  la cadence  vers les objectifs 2020  axés sur l’ élimination de la transmission Mère et Enfant, le dépistage  et le traitement  du VIH  chez les enfants dans la région Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC).  Les travaux ont consisté à des présentations des résultats des pays et constitution de travaux de groupes pour élaborer les feuilles de route. Sur la base des présentations pays,  il a été constaté  que d’importants progrès ont été enregistrés  ce en dépit de quelques défis relevés, au plan de la prise en charge et traitements notamment : – Les barrières financières et surtout domestiques  – L’offre des services de qualité  ( diagnostic et traitement ) – Crises humanitaires – Barrières sociales Au regard  de ces défis , les participants dans le but d’inverser la tendance ont sur la base d’analyse pertinente, trouver des pistes de solutions /et autres stratégies parmi lesquelles figurent en bonne  place:  -La mise à l’échelle  de la délégation de tâches  avec la Décentralisation  des services VIH -La mise à échelle du test combiné VIH-SYPHILIS dans le PMA de la CPN -L’utilisation de la technologie de dépistage sur le lien des soins (Point- of-Care POC) dépistage précoce du VIH  chez les nourrisson -La mise à l’échelle  du dépistage et de la prise en charge  du VIH centré sur la famille  – Le renforcement  des systèmes communautaires (OSC, groupements féminins) dans la promotion de la continuité des services  au niveau Communautaire pour l’élimination  de la transmission Mère et Enfant  et la prise en charge  pédiatrie. -Le renforcement du système d’information sanitaire avec les données VIH  désagrégées/ âge/sexe/ localisation  -La réduction de la dépendance aux financements extérieurs par une contribution  domestique. Au terme des travaux,  des recommandations ont été formulées : 1. Finaliser les plans d’action pays  2 .Finaliser l’appel de Dakar  pour l’élimination de la transmission Mère et Enfant et la Couverture universelle du dépistage et du traitement du VIH chez l’enfant en Afrique de l’ouest et du centre  d’ici à 2020 3 Rendre effectif les trois 90 à savoir:  -90% des personnes  vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique  -90% des personnes connaissant leur statut bénéficient d’un traitement  antirétroviral  -90% des personnes bénéficiant de traitement Antirétroviral  ont une charge virale indétectable (mènent une vie de qualité).