Le Renforcement de la surveillance épidémiologique et de la Sécurité sanitaire au centre des préoccupations du Ministère de la Santé et de ses partenaires.

L’atelier s’est déroulé du 7 au 8 février au Palm Camayenne,  sous la  présidence du Ministre de la Santé Dr Abdourahmane Diallo. C’est le Ministère de la Santé, à travers l’agence Nationale de Sécurité sanitaire qui a organisé la rencontre,  sur financement du PNUD. A cette occasion, le ministre Abdourahmane Diallo était entouré  du représentant de l’OMS, le Professeur Alfred Georges Kizerbo, Chef de file des PTF, de l’Ambassadeur du japon en Guinée, son Excellence Hisanobu Hasama,  du représentant de l’UNICEF, Dr Marc Rubin, de la Directrice Pays CDC  Mme Lyse et du Directeur pays du PNUD.
Durant deux jours, les participants ont accès leurs réflexions  sur les questions de complémentarité et de Coordination entre les différentes structures chargées de gérer les données de la Surveillance épidémiologique du Ministère de la Santé d’une part, entre le Ministère de la Santé et l’ensemble des partenaires intervenant dans le domaine d’autre part.
Les objectifs de l’atelier étaient : (1) Amener les acteurs et partenaires impliqués dans le domaine de la surveillance à mettre en exergue les liens fonctionnels existant entre les intervenants dans la gestion des épidémies en Guinée ; (2) Présenter et Optimiser le fonctionnement du Ministère de la Santé et ses structures comme l’ANSS, l’Institut National de Santé Publique dans la lutte contre les maladies à potentiel épidémique ; (3) Identifier les duplications et définir de façon concertée les actions à mettre en œuvre pour éviter les doublons et les interférences.
Il a été également question de (4) définir les modalités de suivi à utiliser par les acteurs pour assurer la collecte et le partage des Informations et établir les mécanismes et outils de Communication de suivi de la feuille de route pour les actions à mettre en œuvre pour améliorer le système d’alerte et de réponse aux Urgences épidémiologiques.
Dr Mohamed Lamine Yansané Conseiller chargé de la Politique Sanitaire a souhaité la cordiale bienvenue aux participants. Il a ensuite fait un  bref rappel des conséquences socioéconomiques et sanitaires que la maladie à virus Ebola a engendré dans le pays et sur le système de Santé Guinéen. Au regard de l’analyse faite sur ces conséquences  désastreuses, il a insisté sur  la nécessité de se pencher sur les questions de renforcement des capacités de surveillance épidémiologique à tous les niveaux du système national de Santé.

Le Représentant de l’OMS, chef de file des PTF a, au nom de ses pairs, salué le leadership du Gouvernement  et du Ministère de la Santé pour l’organisation de cet atelier. Il a remercié tous les PTF pour leur appui au renforcement du Système de Santé guinéen, particulièrement le PNUD et l’Ambassade du Japon pour leur soutien qui a permis la tenue de l’atelier. Pour atteindre les objectifs escomptés,  Professeur Alfred Georges Kizerbo a  insisté sur  l’interaction entre Sécurité Sanitaire et Couverture Santé Universelle. Sur ce, le chef de file des PTF a invité les politiques,  à honorer les engagements pris à l’Assemblée Générale des Nations Unies, à l’Assemblée Mondiale de la Santé pour assurer la surveillance en se focalisant sur l’approche « OneHealth/Une seule Santé ». Il a encore une fois rassuré de la disponibilité des PTF à soutenir la Guinée dans ses efforts de renforcement du système de Santé.

Prenant la parole pour son allocution, l’Ambassadeur du Japon, SEM. Hisanobu  Hasama a dit que « le présent atelier doit être un cadre d’échange  pour les acteurs, une occasion  de clarifier les rôles dévolus à chaque acteur de la chaîne d’intervention de la surveillance épidémiologique, en vue de doter le pays d’un système performant, capable de répondre aux risques futurs des épidémies.

Le Ministre de la Santé, Dr Abdourahmane Diallo  pour sa part, a expliqué la raison fondamentale qui a motivé le Pr Alpha Condé, Président de la République, Chef de l’Etat et le Gouvernement à doter le pays d’une Agence Nationale de Sécurité Sanitaire.

De fondement essentiel repose sur le renforcement du système de réponse aux épidémies et urgences sanitaires. Pour renforcer cette donne, Dr Abdourahmane Diallo   a invité les participants à plus d’analyses pertinentes. Pour y arriver il s’est exprimé en ces termes «l’accent doit être mis sur  la complémentarité et la coordination entre les structures chargées de gérer les données de la surveillance épidémiologique du Ministère de la Santé d’une part, entre le Ministère de la Santé et l’ensemble des partenaires d’autre part. Le tout, dans une vision  globale et coordonnée des missions de chacun et de tous.»

Au courant des deux jours de travail, plusieurs exposés ont été présentés à savoir : Ministère de la Santé et Surveillance épidémiologique ;  l’ANSS à ce jour ;  RIS et Sécurité Sanitaire en Guinée ; Audit Institutionnel du Ministère de la Santé (Constats Principaux en matière de fonctionnement et d’organisation, Principales Préconisations, Santé Communautaire et Sécurité sanitaire).
A l’issue des différents travaux des recommandations ont été formulées :

  1. Relecture des textes majeurs du Ministère de la Santé, l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS) et l’Institut National de Santé Publique (INSP).
  2. Mettre en place un mécanisme de coordination des services en charge de la Surveillance et la sécurité sanitaire (ANSS, PEV/SSP, INSP, DNLE, DPLM, BSD, PCG).
  3. Elaborer une feuille de route synthétique de coordination qui définira les rôles de chacun et les instances y compris les PTF.
  4. Elaborer la cartographie des PTF et aligner leur intervention sur les priorités du Plan National de Surveillance épidémiologique.
  5. Renforcer l’équipe chargée de produire les bulletins épidémiologiques.
  6. Mettre en place une équipe d’intervention rapide au niveau National.
  7. Renforcer le Système National d’information sanitaire (soutenir le DHIS2 pour sa pérennisation) et la clarification des procédures de collaboration des structures intervenant dans la surveillance épidémiologique.

Au nom du Ministre de la Santé, Dr Mohamed Lamine Yansané, Conseiller en charge de la politique sanitaire a rassuré les participants de la volonté de son Département à mettre en œuvre les recommandations de l’atelier.