INSTALLATION DE LA BRIGADE MEDICRIME EN REPUBLIQUE DE GUINEE

Lundi 21 janvier 2020, l’ancienne Direction nationale de l’hygiène publique située à Dixinn a servi de cadre à la cérémonie d’installation de la Brigade MEDICRIME. On notait une forte mobilisation des cadres du Département, des représentants du Ministère du commerce, du Haut Commandement de la Gendarmerie Nationale, de la  Direction nationale de la police, de la Direction nationale des douanes, des syndicats du secteur santé, de l’ordre national des pharmaciens de Guinée.

On se rappelle encore en décembre 2018 de l’arrestation d’un camion transportant 120 tonnes de faux médicaments, ce qui avait suscité beaucoup d’inquiétude sur la santé de nos populations d’où la création de la brigade spéciale MEDICRIME pour lutter contre la contrefaçon des produits médicaux et les atteintes à la santé publique.

Le Ministre d’alors avait formellement interdit la vente des produits pharmaceutiques par les non-professionnels sur l’étendue du territoire national tout en rappelant l’article 91 de la loi qui stipule qu’« Il est formellement interdit d’exercer illégalement la profession de pharmacien en République de Guinée ».

Il a fallu attendre un an, à l’arrivée du Médecin colonel Remy LAMAH, Ministre de la santé en stratège militaire pour  la mise en place de la brigade Médicrime. Ce lundi 21 janvier le Ministre de la Santé, le Colonel Rémy Lamah, a officiellement installé la brigade MEDICRIME. L’installation de cette brigade était  l’un des points de revendication du Syndicat des pharmaciens.

Se sont succédé au présidium pour intervenir le Chef de la Brigade l’Inspecteur Général de la santé, le Dr Damani Keïta, le Secrétaire Général du Syndicat et la Présidente de l’ordre national des pharmaciens.

Procédant avec plaisir à l’installation de la brigade MEDICRIME, suite à la vision du Gouvernement du Professeur Alpha Condé, chef de l’Etat le Ministre de la santé précise dans son Discours que « Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique pharmaceutique nationale, le Ministère de la santé s’est engagé dans une série de réformes qui a abouti à la révision de la loi pharmaceutique et la promulgation de la Loi du 20 juin 2018, relative aux médicaments et autres produits de santé et à l’exercice de la profession de pharmacien » et de rappeler pour mémoire que « la République de Guinée est signataire de la convention MEDICRIME du Conseil de l’Europe qui criminalise la contrefaçon, le commerce illicite des produits de santé et les infractions similaires menaçant la santé publique. Pour respecter ses engagements internationaux, la nouvelle loi pharmaceutique consacre à son article 36, la création d’un comité technique de lutte contre la contrefaçon des produits de santé et une brigade de répression. » Le Ministre clarifie que « la Brigade de répression est une structure technique et opérationnelle au service du Ministère de la santé. C’est un corps mixte composé des forces de défense et de sécurité, notamment l’armée, la gendarmerie, la douane et la police, ainsi que la santé et le commerce. »
Il faut retenir que la brigade est opérationnelle depuis 2019 et a déjà plusieurs résultats à son actif.

Avant de terminer le Médecin colonel Rémy LAMAH a, au nom du Chef de l’Etat, Pr Alpha Condé et de son premier Ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana, chef du Gouvernement, souhaité à cette brigade MEDICRIME ainsi créée, plein succès et une réussite totale dans sa mission pour la sauvegarde de la santé de nos populations.

Il a enfin remercié toutes les parties prenantes qui ont pris part à la création effective de cette brigade et à son installation.

Ibrahima Sékou SOW
Consultant Communication
Email : Sekousow2000@gmail.com
Mobile : +224 620 025 927